Archives par mot-clé : diy

Bracelet au crochet et languettes de canettes : chouette récupération

Il n’y a pas à dire, mais la récupération c’est chouette, imaginatif et surtout plein de surprises.

J’ai en tête un projet bien précis, mais avant de le mettre en pratique, il fallait que je teste pour savoir si j’arriverais à faire ce que je veux sur une superficie plus grande.

Me voici donc prête pour un essais.  Un peu de laine, un crochet, deux perles et des languettes de canettes de soda.  Celles de boites de conserves sont plus grandes et moins pratiques pour ce que j’ai en tête.

Le principe?  Tout simple.  Un rectangle au crochet, mailles serrées, mais crocheter avec un numéro inférieur à celui indiqué sur la laine, de manière à avoir un point bien serré.  Une fois terminé, laisser courir votre imagination en utilisant les fameuses languettes.   Je me demande si elles ont un nom bien précis???

Matériel nécessaire : du coton, de deux couleurs si vous voulez faire un contraste, mais vous pouvez aussi le faire uni, des languettes de canettes ou boites de conserves, mais les dernières sont un peu plus grandes

Petite démo en images, plus simple à comprendre.

                                         

Crocheter un rectangle de longueur suffisante pour faire le tour de votre poignet et de la largeur que vous désirez.  Une fois terminé, cousez dessus des languettes de canettes en les disposant selon votre fantaisie, mais n’oubliez pas que vous devez pouvoir plier le tout.

                                                              

Une fois les canettes fixées, faites une bordure tout autour du rectangle.  Ici j’ai utilisé le même coton brillant que celui que j’ai pris pour attacher les languettes.  Faites deux brides de fermeture sur un des petits côtés et sur le côté opposé, fixez deux perles.

 

       

Et voici le travail.  Original et pas mal je trouve.  Un petit air rock en plus.  Il peut se porter perles vers le bas ou vers le haut, c’est tout aussi beau.     

Maintenant, il ne me reste plus qu’à me lancer dans l’autre réalisation.  

Broderie sur papier

Lorsque j’étais petite, il y a un siècle  un demi pour être plus exacte, je faisais, comme les autres gosses, ce que l’on appelait nous, du piquetage.

Vous vous souvenez.  Un tapis en feutre, un poinçon et un dessin sur lesquel on passait notre temps, me rappelait plus que c’était si long,  à faire des trous plus ou moins réguliers et qu’ensuite nous passions un fil de laine dans les trous afin de faire un joli, du moins on le voyait joli, contour.

La broderie sur papier ou carton, n’est dans le fond que cette technique un peu plus élaborée, beaucoup plus élaborée dans certains cas, je l’avoue.  C’est dingue ce que l’on peut faire avec un simple fil, du papier et une aiguille.   

J’ai voulu essayer, mais j’ai choisi de faire simple, n’étant pas au courant des points, car c’est comme pour toutes broderies, il y en a de plusieurs sortes, bien que les principaux, ainsi que j’ai pu le remarquer, soient au nombre de deux ou trois, et que les fils croisés reviennent régulièrement.

Le résultat sera différent selon le papier ou le fil que vous utiliserez.  On peut faire des reliefs, des plats, des effets de lumières, de tons.  On peut combiner différentes techniques, broderies et peinture, ou crayons de couleurs ou pastels.   Je pense que le choix est presque infini et qu’il ne dépendra dans le fond, que des limites de votre imagination, de votre patience et dextérité.

Je n’ai pas combiné deux techniques pour une bonne raison, la peinture et moi, ça fait deux.  Ok, je peux peindre des murs ou des meubles sans problèmes, mais lorsqu’il s’agit de faire des ombres, des paysages ou portraits, ça ressemble plus à quelque chose d’informe où il faut écrire en grand ce que cela représente pour être certaine de le découvrir.  Quoique Picasso ou d’autres peintres ont peint des tableaux où on cherche pendant des heures ce qu’ils ont voulu exprimer vu que souvent la nom de la toile n’a rien à voir avec la peinture et que celle-ci peut parfois être très étrange voire bizarre.  En tout cas, dans mon esprit c’est le cas.   Mais bon, je ne suis pas Picasso et mes gribouillages sont et restent, contrairement à lui, des gribouillages.  Je dois me faire une raison, le dessin, la peinture et moi, ça fait 2, je dirais même 2222222.

C’est pas tout, revenons à notre broderie.   C’est simple, surtout question matériel.  Du papier assez épais, genre papier dessin, du fil, une aiguille.  N’ayant pas de feutre et de poinçon, vu que j’ai fait ça sur un coup de tête, l’ayant découvert en vadrouillant comme d’hab sur le net et ne voulant pas oublier et remettre à demain ou après demain ou mois prochain ce que je venais de voir, j’ai fait avec les moyens du bord.  Une serviette éponge pliée en quatre fait office de feutre et le poinçon a été remplacé par le découd tout.  Comme quoi, on trouve toujours une solution à tout.

Après avoir imprimé un dessin trouvé sur le net, normal vu mes talents, je l’ai reporté sur une carte d’invitation qui me restait, pauvre esseulée dans le tiroir, et qui coupée en deux, elle était double, à fait l’affaire.

J’ai pris ma patience en main, ainsi que le découd tout et j’ai fait des petits trous, des petits trous, encore des petits trous.  C’est long, c’est dingue le nombre de trous qu’il faut pour faire ça.  Un pétale de 2 cm de long et vous avez 20 trous.  Pour faciliter la chose, un petit bout de papier collant permet de maintenir le gabarit sur votre feuille et l’empêche de glisser et d’avoir comme résultat une fleur qui ressemble aux horloges de Dali.  Vous savez celles toutes molles et sans formes.

Un peu de coton, ici un irisé allant de l argent au bleu en passant par du gris foncé, ce qui fait que l’on ne sait pas le résultat que l’on va avoir, une aiguille et on passe dans les trous, patiemment, sans aller trop vite, sinon, le papier risque de se déchirer.  Ne surtout pas tirer trop fort, sinon, c’est foutu, le papier se courbe et les trous se déchirent et on se retrouve avec un seul trou à la place de deux.  J’en ai fait l’expérience.

Lorsque vous avez fini, vous pouvez garder votre broderie telle quelle, ou, comme je vais le faire, l’encadrer.  

Avec cette technique vous pouvez réaliser des invitations, des cartes de voeux, anniversaire, etc, des marque-page, des cadres.  Une possibilité incroyable pour ce qui est dans le fond, un petit bricolage d’enfant au départ.

 schéma d’exécution du point

 le piquetage

   début de la broderie

 broderie terminée

 mise sous cadre.   Désolée la photo n’est pas top.  Cela donne beaucoup mieux en réalité.

Bonne broderie à toutes et tous.